Retour à la liste des articles

Parlons sexe

- T’aimes bien quand je te caresse comme ça ?

- Ma chérie, j’aime tout ce que tu me fais !

- Tant mieux, mais je voudrais savoir, quand je te caresse juste là, tout doucement comme ça, tu aimes ? Ou tu préfères comme ça ?

- Ah oui comme ça j’aime mieux… Oui… ça aussi… Non pas si fort… Oui, comme ça…

- J’aime bien quand tu me dis, ça m’aide à te faire plaisir.

- T’es pas comme les autres toi, y a jamais aucune femme qui m’a demandé.

- Laisse les autres femmes dans le rayon des souvenirs, t’es ici avec moi maintenant…

- Tu as raison, et j’ai bien l’intention d’y rester d’ailleurs.

- Doucement, doucement, tu me fais un peu mal, là, va pas si fort… Ouiii comme çaaa, c’est parfait, plus haut, oui… Làà… Continue… J’aime quand tu mets ta main comme ça… Et embrasse-moi les oreilles… J’adooore ! Ca t’ennuie si je te dis ce que j’aime ?

- Non, heu… Je me dis que j’aurais peut-être dû le savoir tout seul, mais c’est vrai, au fond ça m’aide…

- Ben t’es pas dans mon corps ! Tu peux quand même pas tout deviner ! On est très différents !

- Oui, en fait, oui, heu… C’est peut-être un vieux relent d’orgueil mâle…

- Ben je peux te dire que si tu continues à me câliner comme tu le fais, ton orgueil mâle n’a rien à craindre… Tu as des mains magiques… Je me sens comme un instrument de musique que tu fais chanter du bout des doigts…

Bon, je vous laisse imaginer la suite…

A l’heure où l’on nous envoie du sexe à toutes les sauces, où le moindre clip se chante sur fond de déhanchés lascifs, où le shampoing se vend comme une promesse d’orgasme, où chaque soir plusieurs chaînes télés pistonnent la chair crue sous les spots et où les sextoys envahissent le catalogue des 3 Suisses, je suis toujours surprise de me rendre compte que rares sont les couples qui parlent de leurs sensations et leurs désirs comme ces deux amants. Comme si le sexe à l’étalage le banalisait tant qu’il nous envoie entre les lignes le message selon lequel on est d’office censé savoir comment s’y prendre.

Mais comment pourrait-on savoir si personne ne nous en a jamais rien appris ? Et même si nous lisons quelques livres sur le sujet, l’homme ou la femme qu’on a dans les bras ne ressemble à personne d’autre. Chaque individu a sa sensibilité, ses zones érogènes plus ou moins développées, ses petits désirs cachés, sa fragilité, ses fantasmes coquins… Ne croyons pas que ce qui est bon pour nous est bon pour l’autre, ni que ce que mon amour précédent a aimé, celui-ci l’aimera aussi.

J’aime bien… J’aime moins… Je préfère…

Osons dire nos désirs mais aussi nos difficultés, dans une relation de respect et ce partage intime augmentera la confiance réciproque. « Je me sens un peu mal à l’aise… J’ai jamais beaucoup aimé ceci ou ça… Ca me gêne quand tu… »

Chaque personne est unique, chaque rencontre est unique, chaque moment est unique…

Je reprends textuellement quelque réflexions d’un internaute suite à une excellente émission de la chaîne franco-allemande ARTE sur le thème de l’orgasme :

« J'ai l'impression que beaucoup de femmes ignorent beaucoup de notre intimité et qu'il est parfois difficile de faire passer les messages sans blesser leur fierté! C'est très frustrant de s'ouvrir sur un désir et de voir sa partenaire se vexer parce qu'elle a l'impression qu'on lui reproche de ne pas bien s'y prendre alors qu'on dit simplement ce dont on a envie. »

Visiblement notre internaute a essayé, mais sans grand bonheur ; je le cite encore :

Qui n'a pas entendu parfois, après avoir guidé sa partenaire ou précisé un désir, des paroles du type :

- inquiète "je ne suis pas assez belle pour toi ?",
- chantage "tu ne m'aimes plus ?",
- incompréhension "avant un rien t'excitait",
- reproche/chantage "là j'ai plus envie",
- paniquée "qu'ai-je fait de mal ?",
- effondrée "je suis nulle au lit c'est ça ?"
- blessée "tu veux me tromper !" ou "tu en aimes une autre !"

Je veux bien que mon constat ne soit pas une généralité mais je pense qu'il est le reflet d'une certaine réalité et que notre société n'est pas si "libérée" que cela (dans le bon sens du terme) sur le plan sexuel et que les tabous font finalement le lit d'une certaine ignorance. (Je ne m'exclus pas en disant cela).

Merci à cette contribution anonyme, elle nous montre que ce n’est effectivement pas si simple, tant pour les femmes de comprendre le plaisir des hommes qu’inversément. Alors ce soir, demain, quand sur vous deux la porte se fermera, quand vous serez en tête à tête, en corps à corps, en cœur à cœur avec votre partenaire, puissiez-vous trouver les mots, les questions, l’envie de savoir ce qui lui fait plaisir et recevoir les siens, sans jugement, sans vexation, avec tout votre amour.

Dites-lui ce que vous n’avez pas encore osé lui dire… Tout simplement.

Réagir à cet article

Retour à la liste des articles