Retour à la liste des articles

Les 6 clés du couple

- Ecoute-moi ça, Zouzou, y a un article ici qui donne des conseils pour ne pas rater sa vie de couple.

- Ah, ça ce serait bien pour moi, parce que pour le moment je rame super !

- Bon, je te teste ?

- Vas-y, j’m’accroche !

- Ils disent « Si on résume les données psychosociologiques concernant la réussite d’un couple qui s’engage dans la durée, un certain nombre de facteurs semblent importants»

- Misèère, je sens que je vais être recalée, là !

- Tais-toi et écoute !

- Ok, vas-y !

- « Commencer sa vie à deux avec un vrai projet de couple (enfants, lieux de vie, rôles de chacun…) Cette clarté permet d’abord de voir si on est sur la même longueur d’onde, et ensuite de savoir où mettre son énergie.» Bon, ça ça me paraît évident de chez évident !

- Ben, moi je peux te dire que déjà là, j’ai tout faux ! J’ai jamais défini ce que je cherchais vraiment dans mes relations, j’ai toujours commencé comme ça, en me laissant aller à l’impulsion, au jour le jour, sans qu’on ne parle de ce qu’on voulait vraiment. Alors, tant que ça marche, ça marche, mais le jour où c’est un peu difficile, ça craque parce qu’on réalise qu’on ne cherche pas vraiment la même chose…

- Bon. Je continue « Eviter de former un couple avec un partenaire qui nous fait peur » !!! C’est nul ce truc, comme si on pouvait aimer quelqu’un qui nous fait peur ! « La peur est l’émotion qui empêche le plus sûrement la complicité parce qu’elle empêche d’aborder les points de difficulté ».

- Ben évidemment, c’est ce qui m’est arrivé avec le père de Lulu, chaque fois que je voulais qu’on cause, il s’fâchait, alors après un temps, moi je me suis mise à écraser, à essayer de régler les problèmes par moi-même, sans l’affronter. A force, on partageait plus grand-chose… On s’est vraiment éloignés l’un de l’autre sans s’en apercevoir…

- Oui, t’as raison, ça arrive sans doute plus souvent qu’on ne croit, c’est pas évident de clarifier avec quelqu’un que tu sens menaçant….

- J’en sais quelque chose !

- « Se concentrer sur les points forts de son amoureux et essayer de minimiser les points faibles » Le bon sens même, quoi !

- Parle pas si vite ! Moi je me suis épuisée à essayer de résoudre dans mon coin ce qui n’allait pas et je finissais par ne plus voir ce qui allait !

- Mais c’est nul !

- Pas vraiment. Ce qui ne va pas, ça t’obsède, ça grince, tandis que ce qui va, ça te paraît souvent aller de soi, c’est normal, donc on s’y arrête pas… Parfois, tu as un excellent jeu de cartes en main, mais tu ne vois que la mauvaise, ou celle que tu n’as pas…

- C’est vrai, puis faut pas oublier que c’est un article sur la durée dans le couple, pas sur le coup de foudre ou la passion. C’est vraiment des trucs pour tenir au fil des années, ce que ni toi, ni moi, n’avons jamais réussi à faire…

- Ouais, et on est loin d’être les seules !

- On continue ? « En cas de désaccord, ne pas se résigner et défendre son point de vue » Bref la bagarre !

- Non, pas nécessairement, il paraît qu’il y a des tas de manières de régler les conflits sans crier ni se taper dessus !

- Ouais ? Ben on ferait bien de s’inscrire, alors ! Ils rajoutent « Parfois la dynamique du couple est vraiment mauvaise et il est nécessaire de consulter un thérapeute de couple pour que chacun apprenne à formuler autrement son point de vue » Ben voilà…

- Ouaip…

- « Faire l’effort de résoudre les problèmes, même quand on n’aime pas les débats animés» Oui, surtout les hommes, la discussion ils aiment pas trop ! « Le retrait systématique entraîne à la longue un sentiment d’injustice »

- J’peux te dire que j’ai rarement rencontré un homme qui aimait ça ! N’empêche, moi non plus j’aime pas, mais parfois faut bien…

- « Se rappeler que, dans tous les couples heureux, il reste toujours environ 10 points de désaccord qui ne seront jamais réglés ! Changer de partenaire, c’est simplement changer les 10 points de désaccord » !

- Ben ça, ça me tue, c’est exactement ce que j’ai fait toute ma vie !

- Bon, c’est clair, on a tout faux, ma vieille ! Flirter c’est une chose, construire c’en est une autre !

- Ouais… Il n’est jamais trop tard pour apprendre !

- Attends, y a encore un encadré ici : « La force de l’attachement dépend des capacités des partenaires de s’impliquer dans une relation intime. Cette intimité dépend des capacités suivantes :

savoir demander de l’aide
savoir donner de l’aide
être à l’aise avec l’autre
savoir être autonome
savoir négocier. »

- Tu vois, ce qui me tue, c’est que quand tu lis ça vite, tu te dis « ben oui, c’est normal, je fais tout ça » mais quand tu t’arrêtes et tu t’interroges vraiment, c’est loin d’être évident !

- Eh bien ma belle, on a encore beaucoup à apprendre si on veut arrêter de papillonner !

Réagir à cet article

Retour à la liste des articles