Retour à la liste des articles

Amis amants ?

- J’ai une amie que j’aime beaucoup, qui me demande parfois qu’on soit amants, si l’envie de câlins nous prend… Mais on ne forme pas un vrai couple à proprement parler. On est des amis, simplement. Je sens qu’elle aimerait qu’on fasse l’amour de temps en temps… Je n’ai jamais fait ça, être amis-amants… Je n’aime pas trop l’idée et en même temps je dois reconnaître que parfois ça me tente… C’est une femme tout à fait désirable et je la sens parfois très sensuelle… Bref, je ne sais plus très bien ce que j’en pense…

- Vous vous sentez un peu perdu, en manque de repères…

- Oui, exactement. Je n’arrive plus à savoir ce que je veux. En fait, ma tête me dit non, mais mon corps me dit oui…

- Et comment vivez-vous cette contradiction ?

- Je me sens un peu vicieux, comme ces hommes « qui ne pensent qu’à ça » ! Ce que je ne veux pas être, bien sûr !

- Et qui parle « dans votre tête » ?

- Heu… ben… moi évidemment !

- Et ce « moi interdicteur », celui qui dit non à certains de vos désirs, à qui obéit-il ?

- Je pense qu’il se conforme à des règles que j’ai toujours admises, qu’on m’a mises dans le crâne sans doute, mais qui sont assez communes… Des règles sur l’engagement dans le couple. Rien de très original, somme toute…

- Et votre amie, vous demande-t-elle de vous engager à quelque chose ?

- Non ! Pas du tout ! Elle est très claire là-dessus. Ce qu’elle souhaite, c’est juste une tendresse complice, des moments de proximité, d’intimité… Je dirais « juste pour le plaisir »…

- Donc elle ne demande pas d’engagement. Et de votre côté, sentez-vous que vous devez vous engager à quelque chose ? Comme lorsqu’on décide de faire un enfant, de fonder une famille ?

- Pas du tout ! A mon âge, ce n’est plus du tout à l’ordre du jour !

- Vous êtes-vous déjà engagé dans de précédentes relations ?

- Ah oui ! Bien sûr ! Avec la mère de mes enfants par exemple, avec qui je me suis marié… C’était un engagement très formel, public, officiel…

- Et vous vous êtes engagé à quoi exactement ?

- Ben comme on dit, pour le meilleur et pour le pire !

- Et ?...

- Le meilleur n’a pas été bien long, malheureusement… Et le pire… C’est peut-être le seul vrai regret de ma vie…

- Que voulez-vous dire ?

- Je me sentais tellement engagé, que je suis resté avec elle durant de longues années d’enfer… Bien vite cette relation est devenue frustrante, difficile, malheureuse… J’ai longtemps essayé de rétablir la situation, mais c’était vain… On ne se parlait plus, c’était impossible de communiquer avec elle ! J’ai vraiment perdu quelques années de ma vie… Et ça, je le regrette profondément…

- Avez-vous l’impression que cette notion d’engagement dans ce couple vous a aidé à surmonter des moments difficiles ?

- Oui, certainement, mais je sais que je l’aurais fait de toute façon, même sans cet engagement formel, d’abord parce que je n’aime pas abandonner au moindre souci et que je pense qu’il faut aussi une certaine volonté pour tenir dans la durée, mais aussi parce que j’avais fait deux enfants, ça compte !

- Donc, si je comprends bien, vous êtes aujourd’hui en lutte contre une idée reçue, qui a correspondu à une époque, à une éducation, à des besoins particuliers, mais qui ici n’a aucune raison d’être, c’est exact ? Pas de famille à fonder, pas d’enfants, pas de lieu de vie en commun…

- Oui, c’est vrai que c’est assez idiot ! Je ne m’engage à rien en répondant à cette envie… Mais autre chose me retient aussi : je ne voudrais pas avoir l’impression de jouer avec son corps, avec son désir…

- Avez-vous l’impression que ce serait vous qui joueriez avec son corps ou elle-même ?

- Heu… Oui, elle-même sans doute ! Ce n’est plus une petite fille ! C’est une femme accomplie…

- Et consciente de ce qu’elle fait ?

- Parfaitement ! Plus consciente que moi souvent !

- Où est le problème alors ? Vous êtes adultes, majeurs et vaccinés ! Vous semblez en avoir envie tous les deux…

- Oui mais… J’ai peur de là où ça nous mènerait…

- Que craignez-vous en fait ?

- Les malentendus, je crois… Que ça ne signifie pas la même chose pour elle que pour moi…

- Que pouvez-vous faire pour éviter ça ?

- Heu… En parler je suppose ?

- C’est exact : communiquer, partager, s’ajuster, se soucier de l’autre, vérifier si on se comprend bien…

- Mais je crains aussi que ça ne prenne trop d’ampleur…

- Trop d’ampleur ?

- Que les sentiments s’en mêlent, qu’on s’attache trop…

- L’amour, peut-être ?

- Oui, oui, c’est ça, l’amour… Moi je ne ressens que de l’amitié pour elle et je ne voudrais pas que… que…

- Que ça tourne en amour ?

- Oui, c’est ça ! Je ne me sens pas prêt, moi !

- Pas prêt à quoi ?

- Ben… à m’engager !

- A vous engager à quoi ?

- Heu… Oui, je vois, je suis dans la panade, là… Faudrait que je mette mes idées au clair… Je crois que je traîne encore de vieilles casseroles…

- Vous l’aimez beaucoup ?

- Oui ! J’aime beaucoup être en sa compagnie ! J’aime lui parler, l’écouter aussi ! Elle a une vision du monde qui m’intéresse toujours ! Et puis on rit souvent, ça fait du bien !

- Vous avez du plaisir à passer du temps ensemble ?

- Oui, oui, certainement !

- Et vous avez du désir pour elle ?

- Oui, ça aussi… Parfois, oui… Mais je… Je ne voudrais pas…

- Hmm…

- Oui, ça paraît idiot, quand on en parle comme ça… Je l’aime vraiment beaucoup, mais comme une amie…

- Où se situe la limite entre amour et amitié pour vous ?

- Je n’en sais fichtrement rien du tout ! C’est ça le problème !

- Elle est là où vous la mettez !

- Mais je ne sais pas où je la mets !

- Qu’est-ce que ça change, en fait ?

- Heu… Tout… Rien… Je ne sais plus !

- Ce qui compte ici, ce ne sont donc plus les règles qui viennent de l’extérieur et ne vous concernent plus. Votre histoire est particulière et unique. Comme toutes les histoires. Ce qui compte c’est de vous sentir « OK » avec votre envie, de sentir que c’est juste et bon, de vous sentir en paix avec vos désirs. Ensuite, de vérifier si c’est aussi « OK » pour votre amie et pour ça, il faut communiquer en toute honnêteté, et souvent ! Et puis, si c’est « OK-OK », laissez les choses se vivre, avec un esprit ouvert, dans le respect, l’attention à soi ET à l’autre, sans projet, sans idée préconçue, réceptif aux surprises de la vie…

Réagir à cet article

Retour à la liste des articles