Retour à la liste des articles

Le coup de foudre

Jean aperçoit Claire lors d’une petite fête chez des amis communs, elle est gracieuse et douce, son rire exquis lui fait l’effet d’une mélodie envoûtante et toute la soirée, il la suit du regard, la caresse des yeux et instantanément il sait. Il sait que c’est elle, que c’est celle qu’il attendait depuis toujours, c’est son âme-sœur. Il en est déjà complètement amoureux, il n’envisage plus la vie sans elle, il sait que c’est avec elle qu’il va enfin pouvoir fonder le socle de sa vie, un foyer, une famille… C’est le coup de foudre !

Les circonstances et la timidité ont fait qu’ils n’ont pu se parler lors de cette soirée, mais Jean ne descend plus de son petit nuage, il vit avec Claire en pensée, lui raconte sa vie, l’imagine près de lui, souriante et désirable. Dans ses rêves maintenant quotidiens, il lui parle, la fait rire, la déshabille, la regarde danser nue chez lui, elle est sublime, il n’en a aucun doute. Il en perd l’appétit et le sommeil, il ne se nourrit plus que d’elle…

Ses amis s’inquiètent, ne veulent pas détruire son rêve, mais tâchent quand même de le ramener à la raison, lui rappellent qu’il ne connaît pas encore vraiment l’élue de son cœur, mais rien n’y fait, il plane comme un drogué, aveuglé par la passion et sourd à toute tentative de retour sur terre.

Tout le monde aimerait vivre un vrai coup de foudre, c’est tellement bon ! Au moment où ça se passe et aussi longtemps qu’on est sur son petit nuage… Mais la suite de l’histoire n’est pas toujours aussi rose, malheureusement.

L’histoire de Jean et Claire, c’est l’histoire de Jean tout seul, l’histoire d’un homme qui tombe amoureux de ses propres fantasmes, de ses idéaux, de ses projections. Il n’a pas besoin de la confrontation à la réalité, il se contente de ses petits films personnels, où Claire est parée de toutes les vertus qu’il souhaite trouver chez la femme de sa vie. Il y a fort à parier que si les circonstances les réunissaient, Jean serait un jour ou l’autre amené à découvrir que la réalité est toute autre que dans ses délires, que Claire a sa vie propre, ses caractéristiques, ses qualités et défauts… comme tout le monde.

On pourrait imaginer, dans le plus dur des scénarios, une Claire qui ne répondrait pas à la flamme de Jean, s’en trouverait embarrassée, voire moqueuse et Jean tomberait en chute libre avec une douleur proportionnelle à sa passion vertigineuse. Ce n’est malheureusement pas rare…

Mais on peut rêver que Claire succombera au charme de Jean et surtout à l’adoration dont elle est l’objet et que l’intensité de l’amour qu’il lui porte allumera une réciprocité qui les portera au 7ème ciel. C’est ce dont tout le monde rêve, un amour passionnel et partagé, une belle histoire d’absolu, sans la moindre zone d’ombre. Que ceux qui l’ont vécue, quelle qu’en ait été l’issue, gardent toujours au fond du cœur le souvenir de ce bonheur intense, c’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde.

Mais que cela dure quelques mois ou quelques années, on se réveille toujours un jour ou l’autre de ce rêve-là, c’est « le retour de la lune de miel ». On est déçu par l’autre, il ne répond plus à nos attentes, il ne nous comprend pas, ne nous surprend plus, réagit mal, bref il change… Ou est-ce plutôt notre perception qui change ? Peut-être est-on enfin en train de quitter l’aveuglement qui nous maintenait, à notre plus grand bonheur, dans une idéalisation parfaite de notre bel amour ?

Et là, ça passe ou ça casse ! La confrontation avec la réalité de l’autre, au quotidien, nous ouvre inévitablement les yeux. L’autre est fondamentalement autre. Avec des réactions qui lui sont propres et qui ne correspondent pas toujours à nos souhaits, avec des évolutions qui nous étonnent et nous déçoivent, avec un corps qui change, grossit, vieillit…. C’est la vie comme elle est… Tout l’art consiste à accepter cette évolution de la relation, plus honnête, plus lucide, de revoir ses attentes, d’accepter d’en avoir moins, de se remettre soi-même en question et de comprendre que la passion va inévitablement évoluer vers quelque chose de moins absolu, de plus réaliste, avec un désir qui fluctue et qui n’est pas toujours réciproque, avec des envies ou des intérêts qui séparent, avec une vraie différentiation qui n’est pas facile à vivre, loin de là ! Il faut accepter que ce qui nous lie ne soit peut-être plus aussi passionnel et que l’amour puisse parfois faire place à l’amitié, à la complicité, à l’attachement.

Malheureusement, peu de couple survivent à cette conversion qui se passe bien souvent dans les disputes, les reproches, les cris et les pleurs. La déception est immense et la douleur tout autant, ce qui en amène plus d’un à la rupture. Il ne m’appartient pas de dire si c’est une bonne décision ou non, parce que chacun a le droit d’avoir ses propres critères par rapport à sa vie amoureuse, mais notre partenaire n’a probablement pas changé plus que nous-mêmes, ce sont nos lunettes roses qui sont tombées ! Et si l’amour à court terme est instinctif, l’amour à long terme, lui, est un art de vivre, qui demande toujours de revoir profondément ses exigences, ses attentes et ses propres comportements. C’est véritablement un choix de vie.

Réagir à cet article

Retour à la liste des articles