This page in English

A dos de chameau

Le voyage invite à un mode de vie tout simple, naturel, voire même parfois rudimentaire. Nous serons accompagnés par des Touaregs avec lesquels j'ai noué des liens d'amitié profonde depuis une dizaine d'années, mais qui ne sont pas habitués au tourisme régulier. Leur matériel est simple, traditionnel, parfois vétuste, mais toujours fiable. C'est le prix à payer pour rencontrer des gens qui ne font pas du tourisme une profession principale et qui restent eux-mêmes. Nous choisissons délibérément de ne pas voyager en emportant avec nous nos exigences de confort occidental.

C'est une donnée essentielle de la philosophie de ce voyage: nous allons CHEZ EUX. Nous allons à leur rencontre, nous nous adaptons le plus possible à leur mode de vie et non l'inverse. Cela implique notamment que nous nous efforcerons de respecter au mieux leurs codes vestimentaires et comportementaux. Nous n'utilisons pas le désert comme un décor dans lequel nous arrivons avec notre folklore, avec nos exigences, avec nos habitudes.

Les Touaregs ne sont pas des guides qui sont pay√©s pour nous permettre de vivre nos fantasmes d'Occidentaux (comme par exemple voir un maximum de choses en un minimum de temps, ni nous offrir un niveau de confort digne du temps des colonies). Ils sont d'une richesse profonde que l'on ne pourra doucement d√©couvrir que si l'on arr√™te de remplir le temps d'activit√©s successives, que si l'on comprend qu'il s'agit parfois de ne rien faire pour ne pas passer √† c√īt√© de l'essentiel, pour laisser fleurir l'exceptionnel...

The trip encourages

Les Touaregs

TouaregsQu'ils soient issus de lign√©es nobles ou guerri√®res, chameliers, pasteurs ou forgerons, les Touaregs avec lesquels nous voyageons sont tous extraordinairement accueillants, attentionn√©s, d'une gentillesse discr√®te et raffin√©e, d'une hospitalit√© que nous ne connaissons plus en Occident. Ce sont des hommes tr√®s sensibles, √©motionnellement peu d√©fendus, tr√®s ouverts √† la relation, qui ne jouent pas de jeu, qui semblent n'avoir rien √† prouver. Ils sont capables de dire tout simplement et po√©tiquement des choses essentielles. Ils parlent avec le coeur. Ils sont totalement respectueux de notre mani√®re de vivre, m√™me si elle peut parfois les choquer, mais ils ne le manifesteront jamais. Ils nous consid√®rent comme leurs invit√©s et de ce fait, ne se montreront jamais hostiles ou critiques envers nous. C'est donc √† nous de veiller √† les respecter, comme ils nous respectent. Ils sont gais, affectueux et visiblement tr√®s heureux de nous rencontrer, mais leur familiarit√© s'arr√™tera avec tact l√† o√Ļ nous posons nos limites. Ils vivent simplement le pr√©sent, acceptent avec une incroyable flexibilit√© ce qui leur arrive, font face √† l'impr√©vu avec philosophie, ne s'√©nervent pas, restent attentifs √† l'essentiel. Ils sont tr√®s observateurs et nous devinent souvent avec justesse gr√†ce √† leur intuition instinctive et leur grande sensibilit√©.

Ce sont des hommesCe sont des hommes d√©brouillards et fiables, qui connaissent parfaitement bien le d√©sert o√Ļ ils nous emm√®nent et nous voyagerons avec eux en toute s√©curit√©.

Ils aiment chanter et danser et si nous leur en laissons l'occasion, ils nous offriront quelques merveilleuses soirées musicales autour du feu, sous les myriades d'étoiles. Ils chantent des incantations religieuses, des mélopées ancestrales et des chants improvisés qui traduisent leur amour du désert, leur plaisir d'être avec nous et qui nous rendent hommage...

Plut√īt que de leur laisser un pourboire, ce qui peut √™tre per√ßu comme humiliant et induit un rapport de sup√©riorit√© dans la relation, nous pouvons leur faire un cadeau lorsque nous les quittons, exactement comme pour remercier des amis chez qui nous avons pass√© deux semaines merveilleuses. Pr√©parer un cadeau, qui ne soit ni une pacotille, ni d'une richesse insolente, qui soit un "cadeau du coeur" adapt√© √† leur vie, √† leurs besoins, qui soit peut-√™tre aussi une mani√®re de se montrer √† eux comme nous sommes, tout simplement, ce n'est pas si simple! Mais c'est un excellent exercice !

Les lieux

Vol Bruxelles-Tripoli. Après, et en fonction des horaires mais aussi des désirs du groupe, nous visiterons probablement la ville antique de Sabratha.

Nous passeronsNous passerons probablement un moment à Tripoli, superbe ville avec ses 3000 ans d'histoire (jour, nuit, à voir, cela dépend des horaires d'avion).

Nous survoleronsNous survolerons la Libye jusqu'à la ville de Sebha, puis continuerons notre route en minibus vers Ghat, avec peut-être visite de la vieille ville, patrimoine de l'Unesco. (Actuellement l'entrée dans le désert de l'Acacous par le Sud étant fermée par les troupes de l'ONU, nous entrerons par le Nord, à hauteur du village de Al Awaynat, dans ce cas, nous n'allons donc plus jusqu'à Ghat). C'est là que nous commencerons réellement notre périple dans le désert.

Il se peut

Il se peut que le trajet en avion Tripoli-Sebha se fasse le soir m√™me de notre arriv√©e en Libye. Dans ce cas, les visites mentionn√©es plus haut n'auront pas lieu, la priorit√© restant le d√©sert. Il se peut aussi que ce vol soit annul√©. En effet, les conditions m√©t√©o peuvent emp√™cher le d√©collage, mais aussi bien d'autres al√©as, assez habituels dans ce pays. Nous effectuerons alors ce trajet en minibus et pour les m√™mes raisons nous ne prendrons pas non plus de temps pour les visites c√īti√®res. Il est aussi possible que nous fassions la travers√©e Nord-Sud du pays en minibus. Il faut reconna√ģtre que ce n'est pas la partie la plus amusante du voyage, c'est fort long, mais traverser le pays de cette mani√®re ne manque pas de sens. Ces longues heures de route √† travers ces immensit√©s d√©sertiques nous permettent de faire plus amplement connaissance, de quitter progressivement le rythme occidental, de se reposer aussi, de se pr√©parer mentalement, de voir le paysage √©voluer lentement et de "m√©riter" le d√©sert, en l'approchant d'une fa√ßon moins "hors du temps" que celle que l'avion nous offrirait.

Une fois

Une fois rendu √† pied d'oeuvre, nous voyagerons d'abord une semaine dans l'Acacous, (6, 7 ou 8 jours selon la saison et le transfert Nord-Sud) en jeep 4x4, √† pied ou en chameau au choix (ce sont des dromadaires, en fait, mais tout le monde dit chameaux). L'Acacous, prolongement du Tassili des Ajjers de l'Alg√©rie voisine, est un puissant massif montagneux de roches s√©dimentaires et parfois volcaniques, au relief fa√ßonn√© depuis l'aube des temps par l'eau, le vent et le sable en d'innombrables d√©dales de formes les plus √©tonnantes les unes que les autres, ponctu√© d'ergs o√Ļ les vagues dunaires semblent fig√©es en plein essor sous la temp√™te du vent ou la caresse du soleil et bord√© de labyrinthes ludiques o√Ļ se m√™lent sables et pitons, arches et champignons de gr√®s, profonds canyons et √©tonnantes gueltas. Nous y d√©couvrirons quelques gravures et peintures rupestres, simples vestiges n√©olithiques d√©fiant le temps, gracieux t√©moins de vie qui nous lient √† nos anc√™tres chasseurs et guerriers, aux familles qui ont v√©cu il y a des milliers d'ann√©es dans un Sahara verdoyant et giboyeux, au creux de ces rochers et face aux plus belles vues que la Terre ait cr√©√©es.

Ensuite

Ensuite nous quitterons les chameaux, remonterons par la route un peu vers le Nord-Est et pour terminer notre voyage dans la douceur de vivre, nous nous arr√™terons un jour ou deux (selon la saison) au coeur de l'erg d'Oubari, houle de sables orang√©s, mer de dunes courbes et sensuelles dans les replis moelleux desquelles se lovent quelques petits lacs d'eau chaude et sal√©e o√Ļ nous pourrons nager...
Oum el Maa, la mère de l'eau

We land in Tripoli

Les trajets

Dans l'AcacousDans l'Acacous, nous nous d√©pla√ßons 2 fois par jour, le matin, en partant √† son aise vers 10 heures en saison froide (No√ęl), plus t√īt en saison chaude (P√Ęques) et l'apr√®s-midi, apr√®s avoir eu le temps de faire la sieste (courte √† No√ęl, longue √† P√Ęques). Ces √©tapes varient entre 2h et 4h. Parfois on reste sur place un demi-jour. Le rythme, les trajets et les √©tapes, qui varient de toutes fa√ßons d'un voyage √† l'autre et selon les saisons, sont choisis par les Touaregs en fonction d'imp√©ratifs qui leur sont propres (beaut√©s des sites, mais aussi proximit√© d'un puits ou de nourriture pour les chameaux et autres raisons qui nous √©chappent). On peut choisir chaque jour de se d√©placer en Jeep, en chameau ou √† pied. (Se mettre d'accord √† l'avance, s'engager et s'y tenir).

Si on choisitSi on choisit la Jeep, on aura l'occasion de se reposer un peu, de voir peut-√™tre quelques beaux sites de peintures rupestres ou des points de vue particuliers et parfois d'arriver plus t√īt √† l'√©tape. Si l'on se sent d'humeur plus sportive et surtout si l'on veut s'√©loigner des bruits de moteurs et des odeurs d'essence, on choisit de marcher ou de monter sur un chameau.

Les marcheursLes marcheurs suivent les pistes caravani√®res et restent en vue des chameaux. C'est une marche sportive, mais accessible √† n'importe quel adulte ou enfant √©tant dans une forme physique normale (environ 5 km/h + petits repos quand n√©cessaire). Sur les pistes, le sol est assez praticable, plut√īt plat, parfois sablonneux. Des arrangements avec les Jeeps peuvent parfois √™tre organis√©s pour les marcheurs plus lents, plus fragiles. Chacun marche courageusement, mais dans le respect de ses limites et on attend les plus lents. Par contre, ce n'est pas le moment de ralentir la caravane en prenant des photos √† tous bouts de champ et en admirant chaque caillou !

Voyager sur un chameau est une expérience surprenante. On voit le paysage de haut, on est bercé par un animal calme, fiable, régulier. Certaines personnes le trouvent très inconfortable, mais d'autres s'y sentent comme dans un fauteuil club! Cela nécessite certes une adaptation et un travail sur le corps: trouver son centre de gravité, sa verticalité, rechercher de bonnes positions, éviter les crispations, vaincre ses peurs et entrer dans la confiance. Nous sommes toujours accompagnés par 2 ou 3 chameliers fiables et attentifs, qui marchent près de nous. Au début, les chameaux sont encordés, mais parfois les chameliers décident de nous laisser guider seuls. Eux seuls jugent ce qui convient.

La cuisine

cuisineCe sont les Touaregs qui s'occupent de nous nourrir, nous n'avons √† nous occuper de rien. Ils cuisinent sur le feu de bois et sur un r√©chaud √† gaz. Les repas sont sains, bien √©quilibr√©s, copieux et d√©licieux, mais les conditions mat√©rielles et les habitudes r√©gionales limitent √©videmment la vari√©t√©. Le petit d√©jeuner comporte en g√©n√©ral du pain, du fromage √† tartiner, de la confiture et du th√© et du nescaf√©. Parfois une omelette. Certains d'entre vous pr√©f√©reront apporter un sac de muesli et quelques en-cas pour la marche. A midi, ils nous cuisinent une grande salade fra√ģche et vari√©e et le soir, apr√®s une d√©licieuse soupe, c'est une ratatouille + riz, pates ou couscous. Si nous croisons un berger, nous avons de la viande pour quelques jours, ch√®vre ou mouton. Et tout au long de la soir√©e, ils nous servent de d√©licieux petits verres de th√© vert, fort et sucr√©. Inoubliable !

En général

En g√©n√©ral √† midi, nous mangeons s√©par√©ment, pour des raisons d'habitudes alimentaires, mais le soir de temps en temps nous partagerons leur repas et d√©couvrirons quelques plats traditionnels, tels que la "tagella", le pain plat cuit dans le sable br√Ľlant.

Les conditions matérielles

Ce n'est certainementCe n'est certainement pas un voyage reposant, mais nous ne chercherons pas non plus la difficult√© pour le plaisir! Il faut s'attendre √† quitter la civilisation pendant 2 semaines et donc vivre plus proche de la nature. Cela implique qu'il faut accepter de ne pas prendre de douche tous les matins! Mais vous d√©couvrirez vite qu'il n'est pas si difficile de garder une hygi√®ne corporelle avec quelques lingettes et √† la fin du s√©jour vous vous laverez facilement avec un litre d'eau! Une mani√®re de se rappeler tous nos privil√®ges d'Occidentaux g√Ęt√©s.

Il faut s'attendre √† avoir parfois chaud, parfois froid, parfois faim ou soif et de devoir attendre d'arriver √† l'√©tape. Par rapport √† ce type de difficult√©s, on est invit√© √† rester attentifs aux plus fragiles et √† partager en-cas ou boissons. Il faut aussi se pr√©parer √† avoir quelques courbatures et peut-√™tre aussi les intestins un peu d√©rang√©s. Tout cela est heureusement rare, mais √ßa peut arriver et c'est inh√©rent √† ce type de voyage. Bien s√ɬĽr, nous pr√©parerons ensemble une petite pharmacie.

Par ailleurs, les Touaregs sont attentifs à notre confort dans la mesure de leurs possibilités: ils nous fournissent par exemple petits matelas en mousse et couvertures et transportent nos bagages sur les jeeps. Nous avons juste à les porter pour installer notre bivouac.

Les bagages

Faire

Faire ses bagages est une invitation √† la simplicit√©, √† voyager avec l'essentiel et √† se s√©parer du superflu. C'est l'occasion de d√©passer nos d√©pendances mat√©rielles, nos petites angoisses, nos faux besoins. A quelques exceptions pr√®s, il n'est pas n√©cessaire d'acheter quoi que ce soit de sp√©cial. Pouvoir g√©rer son sac au jour le jour pendant 2 semaines est aussi un entra√ģnement √† l'organisation. Nous aurons l'occasion d'en discuter au cours de r√©unions de pr√©paration.

Les nuits

NuitPendant la nuit, la temp√©rature descend entre 5 √† -5¬į (No√ęl) et 10 √† 15¬į (P√Ęques). Nous dormirons sous tente ou √† la belle √©toile, au choix. Les tentes sont fournies sur place. On peut y dormir seul ou √† deux. Elles permettent plus d'intimit√©, une impression de confort et quelques degr√©s en plus. Mais elles doivent √™tre mont√©es et d√©mont√©es √† chaque √©tape et nous privent d'admirer la vo√Ľte c√©leste en nous endormant et de jouir de voir poindre l'aube sans sortir de son sac de couchage! Celui-ci doit √™tre adapt√© aux basses temp√©ratures pour les voyages d'hiver, mais il ne faut pas craindre l'humidit√©; il fait si sec qu'il n'y a quasi pas de ros√©e matinale.

La vie en groupe

Pour certaines personnes, la vie en groupe est source de rencontres, de partage, de rires, de joie, pour d'autres elle peut parfois être pesante, voire envahissante. Il est important que chacun se sente la permission de s'octroyer les moments de solitude dont il a besoin. Le désert est évidemment un lieu particulièrement approprié pour apprécier le silence, pour penser, méditer, faire le vide, se taire

groupeLe programme change souvent, en fonction de multiples aléas, les repères typiquement occidentaux (heures, kilomètres) sont mouvants, peu fiables, voire inexistants. Il faut donc abandonner ce type de questionnement et se laisser aller au fil des événements, ce qui n'est pas toujours facile. De même, la fatigue, les bobos, le vent, le sable partout peuvent un peu user les résistances ! Dans ces circonstances, il est important que chacun ait conscience de l'impact nuisible sur le moral du groupe de l'expression des plaintes et des critiques, même si elles paraissent légitimes ! Ce voyage est un choix, un engagement, il est nécessaire de bien le préparer et les réunions de préparation sont là pour ça, mais une fois embarqués, les participants sont vivement invités à accepter les circonstances comme elles se présentent, avec philosophie, patience, ouverture et bonne volonté.

Je me réjouis de partager avec vous ma passion pour le désert et ses habitants si attachants et de vous accompagner à travers un voyage inoubliable en faisant ensemble un petit pas de plus vers le bonheur.

Le prochain voyage

La Libye est actuellement en proie à des tensions intertribales dangereuses. Le nouveau gouvernement n'est pas encore à même de garantir la sécurité des étrangers. Aucun voyage n'est donc organisé pour le moment. J'attends que les conditions de sécurité soient complètement restaurées avant de reprendre la responsabilité d'y accompagner des groupes. J'en suis profondément désolée. Autant pour vous que pour moi.

Me contacter

up